La Consulaire





LIRE UN CHAPITRE

Nombre de page : 386

Format fermé : 12,5 x 21,0 cm à la française

Poids : 432

Intérieur : Papier : Offset Preprint 80 g/m2

Couverture : Papier : Condat Silk 300 g/m2

Façonnage : Dos carré collé

Numéro ISBN : 978-2-9539684-8-4

La Consulaire ou le feu du Diable

Dans la Collection Roman Policier

Base Navale de Brest – Le capitaine Corentin Karloff conduit une enquête qui commence sans mobile : un engin de démolition complexe explose, tue de parfaits inconnus et provoque la chute de La Consulaire, vestige oublié sur un quai de l’arsenal. Acte terroriste ? Quoi d’autre ? De Brest à Innsbruck puis à Rome, de rencontres en péripéties, les investigateurs apportent des réponses qui dérangent…

Ce roman policier éclaire un pan de notre Histoire sous un jour neuf. Il prend ses racines au cœur d’un terrain de fouille fertile et emporte le lecteur du xvie au xxie siècle. À partir d’un passé foisonnant, il découvre des clés qui ouvrent certaines portes inattendues du présent. Les personnages, aussi divers que typés, ne laissent pas indemnes, qu’ils aient ou non existé. Hommes et femmes de passions, ils livrent sans détours leurs émotions et leurs questionnements. La gendarmerie maritime, peu connue hors des ports, offre ici un cadre inédit et permet à l’auteur de brosser quelques portraits savoureux et drôles de ces hommes attachants au service des gens de mer.


Si vous voulez en savoir plus, visitez le site internet La Consulaire

Gilles Lavoie

L'auteur, Gilles Lavoie, est arrivé de Montréal à Brest Guipavas en 1967. Il a étudié, navigué et enquêté sur toutes les mers du globe. Ingénieur franco-canadien au parcours atypique, il donne ici la pleine mesure de sa curiosité scientifique et judiciaire appliquée à l’Histoire, au moyen d’un roman à l’action peu commune.

Prix 20 €
Prix 19 € TTC
(livraison 2 €)



Le journal LA CROIX, recommande La Consulaire ou le feu du Diable De Gilles Lavoie.
Voir l'article



Le journal LE TELEGRAMME, recommande La Consulaire ou le feu du Diable De Gilles Lavoie.
Voir l'article




Avis des lecteurs

Henri S.-G.

Époustouflant ! Gilles Lavoie conduit son récit d’une main de maître ; de l’action, de l’humour, du suspense, de l’amour, tout ce qu’il faut pour faire un excellent polar. Je suis bluffé par la connaissance historique dont il fait preuve pour nous découvrir les arcanes des conflits qui opposèrent François Ier à Charles Quint : La véracité est telle qu’elle tient lieu de vérité.

Fabienne M.

Le fil rouge que le lecteur rembobine au gré de l'histoire de Gilles est agréable à parcourir. J'aime ses personnages, ils viennent du monde réel. Je sais déjà que Magdalena sera sûrement jalouse des amitiés de Corentin ; il y a des choses que ses amis sauront, et pas elle.  

Bertrand P.

L'enquête judiciaire que l'on suit ici rend bien compte des questions que l'on se pose lorsqu'on gère une scène. On attend un résultat urgent et ce n'est jamais propre : il y a toujours un choix à faire, des actes à reprendre. Le capitaine Karloff c'est le bon patron qui valorise ses hommes.

Camille V.

Baba Merzoug, un canon de sept mètres de long et de treize tonnes érigé à Brest dans l’enceinte de l’arsenal maritime, que s’arrachent plusieurs groupes pour des raisons diamétralement opposées et défendu par un Ordre chevaleresque datant de François Ier… Super bien mené, parfaitement renseigné ! Un grand beau polar qui allie l’actualité à l’Histoire. Bravo à mon « jeune condisciple ».