LIRE UN CHAPITRE

Nombre de page : 230

Format fermé : 12,5 x 21,0 cm à la française

Poids : 304

Intérieur : Papier : Offset standard blanc 80 g/m2

Couverture : Papier : Condat Silk 300 g/m2

Façonnage : Dos carré collé

Numéro ISBN : 978-2-9539684-8-4

Les larmes du Liban

Collection Littérature

Pour des raisons diverses, plusieurs personnages sont amenés à se retrouver au Liban : Cécile, jeune enseigne de vaisseau ; son oncle Georges, moine bénédictin ; Jean, un écrivain breton et d’autres encore. Le lien se tisse d’une destinée commune : le pays est bouleversé par une multiplicité de convictions et d’intérêts. Ces Français, plongés au cœur de la guerre civile, se trouvent dans une situation délicate et dangereuse. Les larmes du Liban raconte, avec une véracité étonnante, la difficile tâche d’extraire ces ressortissants d’une zone de conflit.
Les portraits sont soignés et l’imbrication des aspirations de chacun illustre la relativité des valeurs. Les récits de guerre sont haletants et poignants, les situations vécues de l’intérieur suscitant la réflexion du lecteur sur la diversité des caractères humains. Le texte est aussi porteur de valeurs humaines poussées au plus haut degré par la guerre. Le besoin se fait alors sentir de se fier au divin et l’auteur rend compte des croyances dans une région exceptionnellement religieuse, ce qui favorise l’intrusion du surnaturel dans le récit.
Ce roman est tout à la fois une réflexion sur la guerre et la géopolitique du Proche-Orient ; une leçon de vie et de tolérance, éloge du courage de ceux, hommes et femmes, qui risquent leur vie au service des autres : ici, les marins, les aviateurs de l’Armée de Terre et les commandos.

Jean-Marc Bourdet

Né en 1953 à Paris, Jean-Marc Bourdet a principalement travaillé à la SNCF, d’abord dans la sécurité des circulations, puis dans la communication. Homme d’image, il a été amené par sa formation à gérer les tournages des films de l’entreprise et de ses publicités.
Il a cessé volontairement son activité pour assouvir ses deux passions : l’écriture et la Marine. Le passage de l’univers ferroviaire à celui de la mer a été source d’apprentissages et de découvertes multiples qu’il met en scène dans ses romans et nouvelles, avec un souci d’exactitude proche du journalisme d’investigation. Les valeurs d’avenir qui lui sont chères : courage, respect des autres, abnégation, responsabilité et questionnement religieux.
« Pour mes héros les certitudes n’existent pas. Le doute est partout et ils sont entraînés dans l’action par un destin implacable. La piraterie, la guerre et le mystère les entourent; ils combattent ; ils aiment en mer ou sur terre et sont bourlingués par un monde qui ne leur fait aucun cadeau. Je crois au courage, au respect de la vie, à l’écoute des autres et je dis : soyez vous-même et pensez par vous-même... Les torts et les raisons vont et viennent selon les points de vue où nous situe la vie. Mes romans d’aventures ne placent pas les uns du côté des bons et les autres du côté des mauvais. Chacun tente de trouver sa place et, de cette place, essaye de faire au mieux avec ses tripes, avec sa foi, avec ses croyances et ses superstitions... Le Monde n’est pas simple et personne ne sait ce qui le mène. Il y a toujours dans le coeur des hommes un espoir que la vie serve à quelque chose, même si la réalité est violence et exclusion. À nous de placer les valeurs humaines au-dessus du veau d’or. »

Prix 17 €
Prix 16 € TTC
(livraison 1,50 €)



Le journal Ouest France recommande les ouvrages de Jean-MArc Bourdet
Voir l'article



Avis des lecteurs

Christine K.

j'ai trouvé ce nouveau livre par hazard lors d'une visite du musée de la marine à Toulon. C'est un oeuvre profondément humain. Il décrit un pays superbe avec un peuple sympathique, où jadis les plus différentes convictions et réligions ont pu co-exister fructueusement, mais qui - entretemps - est tombé victime des intérêts d’autrui ayant causé une guerre civile brutale. Une petite réserve: Je me suis demandée si Jean-Marc Bourdet - grand admirateur de la marine française – n’aie pas un peu trop glorifié l’héroisme des forces françaises qui interviennent à l’aide des personnages étrangers coincés au Liban dans son livre. De mème, je me suis demandé pourquoi son livre commence avec une description si détaillée de la bataille de Dixmude à l’époque de la première guerre mondiale. En tant que lecteur au début du livre on se demande, quand enfin et comment le Liban viendra dans le jeu. Du reste «Les larmes du Liban» se lit comme on roman policier. Au même temps il crée plus de compréhension pour la situation si compliquée en Proche Orient et plus d'empathie pour les peuples concernés.